Edition 2019 - Festival du Cinéma & Musique de Film de La Baule

Films classiques

L'amant

Réalisé par Jean-Jacques Annaud
Musique de Gabriel Yared

Projection, le Mercredi 6 novembre à 10h au cinéma le Gulf Stream

Date de sortie22 janvier 1992
Genre(s)Romance, Dramatique, Érotique
Nationalité(s)France
Durée1h52
Scénario
  • Annaud Jean-Jacques
Image
  • Fraisse Robert
Montage
  • Boisson Noëlle
Production
  • Berri Claude
  • Tronel Jacques
  • Burrill Timothy
Distribution
  • A.M.L.F
Interprétation
  • March Jane
  • Leung Ka Fai Tony
  • Poupaud Melvil
  • Moreau Jeanne

Synopsis

Les amours d’une jeune fille de quinze ans et demi et d’un Chinois de trente-six ans à la fin des années 1920 en Indochine.

Jean-Jacques ANNAUD (réalisateur)

Il réalise son premier long métrage, produit par Jacques Perrin, La Victoire en chantant, une comédie corrosive sur le colonialisme. Ignoré en France, ce coup d’essai remporte l’Oscar du Meilleur film étranger en 1977. Dans son deuxième long métrage, Coup de tête, le cinéaste explore l’univers du football et de ses supporters. Porté par l’interprétation de Patrick Dewaere. En 1981, il réalise La Guerre du feu qui est couronné de succès (César du Meilleur film et du Meilleur réalisateur). En 1986, il porte à l’écran le best-seller médiéval d’Umberto Eco Le Nom de la rose. Cette fois, c’est un César du Meilleur film... étranger qui viendra saluer cette ambitieuse coproduction internationale avec Sean Connery. Il s’attaquera en 1992 à un autre roman réputé inadaptable, en tournant L’Amant d’après Duras. De nombreux autres films, toujours très ambitieux suivront : L’Ours (1988), Les Ailes du courage (1996), Sept ans au Tibet (1997), Stalingrad (2001), Sa Majesté Minor (2007), Or Noir (2011), Le Dernier Loup (2015).

Gabriel YARED (compositeur)

Il écrit de la musique de films depuis le début des années 1980. En 1993, il reçoit le César de la meilleure musique de film pour L’Amant de Jean-Jacques Annaud, et en 1997, l’Oscar et le Golden Globe pour celle du film Le Patient anglais de Anthony Minghella (il a aussi été nommé à l’Oscar de la Meilleure Musique pour Retour à Cold Mountain, autre film de Anthony Minghella).

Gabriel Yared a également composé les bandes originales de films aussi célèbres que Sauve qui peut, la vie de Jean-Luc Godard, Hanna K. de Costa Gavras, La Diagonale du fou de Richard Dembo, Camille Claudel de Bruno Nuytten, Tatie Danielle d’Étienne Chatiliez, Beyond Therapy et Vincent et Théo de Robert Altman, 37°2 le Matin, IP5 et La Lune dans le caniveau de Jean-Jacques Beineix, Le Talentueux Mister Ripley et Par effraction de Anthony Minghella, Une bouteille à la mer de Louis Mandoki et plus récemment Tom à la ferme, Juste la fin du monde et Ma vie avec John F. Donovan de Xavier Dolan, Vue sur mer d’Angelina Jolie ou encore les films d’animation Azur et Asmar et Dilili à Paris de Michel Ocelot ou Judy, le biopic sur Judy Garland qui sortira en 2020…

Et Dieu... créa la femme

Réalisé par Roger Vadim
Musique de Paul Misraki

Projection le Mercredi 6 novembre à 14h30, au Cinéma Le Gulf Stream

Date de sortie28 novembre 1956
Genre(s)Dramatique, Romance
Nationalité(s)France
Durée1h35
Scénario
  • Vadim Roger
Image
  • Thirard Armand
Montage
  • Mercanton Victoria
Production
  • Levy Raoul
Distribution
  • Tamasa Distributions
Interprétation
  • Bardot Brigitte
  • Jürgens Curd
  • Trintignant Jean-Louis

Synopsis

Juliette, une jeune femme d’une beauté redoutable, n’attire que convoitises autour de sa personne. Trois hommes se disputent son coeur indécis.

Roger VADIM (réalisateur)

Roger Vadim tourne son premier long métrage en tant que réalisateur en 1956, avec en vedette Brigitte Bardot ! Avec Et Dieu... créa la femme, Vadim crée le mythe BB ! Le film, montrant une jeune femme libérée, provoque le scandale et fait de Brigitte Bardot une star internationale. La carrière de réalisateur de Roger Vadim est lancée. Il tourne ensuite Sait-on jamais? avec Françoise Arnoul et Robert Hossein en 1957, puis retrouve Brigitte Bardot pour Les bijoutiers du clair de lune en 1958 (il dirigera l’actrice cinq fois, tout au long de sa carrière : La Bride sur le cou (1961), Le Repos du guerrier (1962) et Don Juan ou si Don Juan était une femme... (1972).

Paul MISRAKI (compositeur)

Compositeur et pianiste de Ray Ventura dans les années 1930, Paul Misraki a composé la musique de grands succès comme Tout va très bien madame la marquise, Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?, Ça vaut mieux que d’attraper la scarlatine, Comme Tout l’Monde... Il a été chanté par Ray Ventura et ses Collégiens, Edith Piaf, Georges Brassens, Henri Salvador, Yves Montand, Jacqueline François, Suzy Delair, Nicoletta, Jean Sablon, ainsi que de très nombreux chanteurs et groupes américains, argentins, brésiliens, etc. Il est aussi l’un des compositeurs français de musique de films les plus prolifiques : il en compose plus de 180 pour des longs-métrages, notamment celle de Et Dieu… créa la femme en 1956, mais aussi pour Jean Delannoy, Claude Chabrol, la Nouvelle Vague, Luis Buñuel, Orson Welles ou Jean-Claude Brialy.

La tête haute

Réalisé par Emmanuelle Bercot
Musique de Eric Neveux

Projection le Jeudi 7 novembre à 11h30, au cinéma le Gulf Stream, en présence de Éric Neveux

Date de sortie12 mai 2015
Genre(s)Dramatique
Nationalité(s)France
Durée2h00
Scénario
  • Bercot Emmanuelle
  • Romano Marcia
Image
  • Schiffman Guillaume
Montage
  • Leloup Julien
Production
  • Kraus François
  • Pineau-Valencienne Denis
  • (Les Films du Kiosque)
Distribution
  • Wild Bunch Distribution
Interprétation
  • Deneuve Catherine
  • Paradot Rod
  • Magimel Benoît
  • Forestier Sara

Synopsis

Le parcours éducatif de Malony, de six à dix-huit ans, qu’une juge des enfants et un éducateur tentent inlassablement de sauver.

Emmanuelle BERCOT (réalisatrice)

Emmanuelle Bercot s’attribue le rôle principal de son premier long-métrage, Clément. Cette oeuvre à la fois pudique et dérangeante est présentée à Cannes en 2001 dans la section Un Certain Regard. Puis elle réalise son deuxième long métrage, Backstage, présenté en 2005 à la Mostra de Venise, et dans lequel elle continue d’explorer le mal-être adolescent. En 2011, elle œuvre sur le bouleversant Polisse de Maïwenn avec qui elle coécrit le scénario et interprète une des policières de la brigade de protection des mineurs. Le film est nommé pour le meilleur scénario original au César 2012. La même année, elle réalise un sketch dans le film Les infidèles, avec Gilles Lellouche et Jean Dujardin, avant de mettre en scène, à nouveau Catherine Deneuve dans Elle s’en va. Deux ans plus tard, elle revient avec un film fort, La Tête haute, présenté hors compétition à Cannes toujours avec Catherine Deneuve. En 2016, auréolée d’un Prix d’interprétation à Cannes pour son rôle déchirant de femme brisée dans Mon Roi de Maïwenn, Bercot retourne derrière la caméra pour mettre en scène La Fille de Brest sur le scandale du Mediator.

Eric NEVEUX (compositeur)

Il commence par composer de la musique originale pour de nombreux courts-métrages avant d’écrire la musique originale de Regarde la mer, moyen métrage de François Ozon (1997), puis celle de son premier long métrage Sitcom (1998). Puis Patrice Chéreau lui demande de composer pour son film Ceux qui m’aiment prendront le train (1998). Depuis, Eric Neveux a écrit la musique de nombreux longs métrages parmi lesquels : Carnage (2002) de Delphine Gleize, Parlez-moi d’amour (2002) de Sophie Marceau, en 2006, La tête de mama de Carine Tardieu et Les yeux bandés de Thomas Lilti (sortie en 2007). Il enchaine ensuite des projets de téléfilms et séries (Borgia , Frères d’arme, Un Village Français…) et des musiques pour des documentaires avant de revenir au cinéma. Depuis il a composé de nombreuses bandes originales de films tels que Une pure affaire (2011), Mince alors ! (2012), Les Kaïra (2012), Just like a woman (2012), Les vacances du petit Nicolas (2014), Boomerang (2015), La dernière leçon (2015), Un homme à la hauteur (2016), Zombillenium (2017), Les Aventures de Spirou et Fantasio, Le flic de Belleville (2018)…

La piscine

Réalisé par Jacques Deray
Musique de Michel Legrand

Projection, le Jeudi 7 novembre à 14h, au Cinéma le Gulf Stream (Version restaurée / Spécial 50ème anniversaire)

Date de sortie31 janvier 1969
Genre(s)Policier, Dramatique
Nationalité(s)France
Durée2h00
Scénario
  • Deray Jacques
  • Conil Jean-Emmanuel
  • Carrière Jean-Claude
Image
  • Tarbès Jean-Jacques
Montage
  • Cayatte Paul
Production
  • Beytout Gérard
Distribution
  • Unzéro Films
Interprétation
  • Delon Alain
  • Schneider Romy
  • Ronet Maurice
  • Birkin Jane

Synopsis

Sous le soleil de St. Tropez, Jean-Paul et Marianne passent des journées tranquilles autour d’une piscine à nourrir leur amour et leur corps, jusqu’au jour où l’ancien ami de Marianne, Harry, et sa fille Pénélope leur rendent visite. L’ambiance paisible bascule… Désir, jalousie et mépris créent une tension palpable et menaçante.

Jacques DERAY (réalisateur)

Deray apprend son futur métier de réalisateur aux côtés de Jean Boyer (Le trou normand), de Gilles Grangier, de Luis Buñuel (Cela s’appelle l’aurore) ou encore de Jules Dassin. Après ces années d’apprentissage, il signe Le Gigolo, un premier long métrage, et déjà un drame mâtiné de polar. En 1969, il connaît enfin la reconnaissance avec La Piscine. Deray y démontre ses qualités de directeur d’acteurs dans un film qui réunit Maurice Ronet, Romy Schneider, la toute jeune Jane Birkin, et Alain Delon, qui fait de Deray son réalisateur attitré. Les deux hommes se retrouveront à huit reprises. De leur collaboration naissent quelques classiques du film policier, comme Borsalino (1970), Borsalino&co (1974), Flic story (1975), Trois hommes à abattre (1980) ou encore L’Ours en peluche (1994), la dernière réalisation de Deray pour le cinéma. Fidèle à un cinéma de genre le cinéaste décline le policier sous différentes formules, l’action musclé (Le Marginal, avec Jean-Paul Belmondo), l’intrigue (On ne meurt que deux fois, avec Michel Serrault et Charlotte Rampling), l’espionnage (Netchaïev est de retour, avec Yves Montand), le thriller (Un papillon sur l’epaule, avec Lino Ventura) tout en dirigeant les plus grands comédiens de leur génération.

Michel LEGRAND (compositeur)

Il se passionne pour le jazz et sa carrière débute pour ses 19 ans, alors qu’il écrit des arrangements pour la musique de variété ainsi que pour l’orchestre de son père. L’album I Love Paris le propulse sur la scène internationale, il mène par la suite une courte carrière de leader de jazz. Elle lui permet d’enregistrer Legrand Jazz accompagné de Miles Davis, John Coltrane ainsi que Bill Evans. Suivant le vent novateur de la Nouvelle Vague, Michel Legrand se renouvelle en composant des bandes originales pour des réalisateurs tels qu’Agnès Varda ou Jean-Luc Godard. Sa consécration en tant que compositeur pour le cinéma a lieu lorsqu’il réinvente la comédie musicale à la française avec Jacques Demy, réalisateur des Demoiselles de Rochefort et des Parapluies de Cherbourg. Son travail sur Les Parapluies de Cherbourg lui vaut une nomination aux Oscars. Galvanisé par ce succès, il pousse sa carrière aux Etats Unis, et sera consacré par un Oscar de la Meilleure chanson originale pour le film Windmills of Your Mind pour le film L’Affaire Thomas Crown avec Faye Dunaway et Steve McQueen. Les années suivantes, il n’a de cesse d’être récompensé, reçoit 5 Grammy Awards ainsi qu’un Oscar pour la meilleure musique de film pour Un été 42.

Hôtel des Amériques

Réalisé par André Téchiné
Musique de Philippe Sarde

Projection le Jeudi 7 novembre à 22h30 au cinéma le Gulf Stream présentation par Thierry Klifa (Version restaurée)

Date de sortie2 décembre 1981
Genre(s)Dramatique
Nationalité(s)France
Durée1h35
Scénario
  • Téchiné André
  • Taurand Gilles
Image
  • Nuytten Bruno
Montage
  • Merlin Claudine
Production
  • Sara Films
Distribution
  • Les Acacias
Interprétation
  • Deneuve Catherine
  • Dewaere Patrick
  • Chicot Etienne
  • Haudepin Sabine
  • Lavanant Dominique
  • Balasko Josiane

Synopsis

Un soir qu’il déambule dans sa ville natale de Biarritz, Gilles manque de se faire renverser par la voiture que conduit Hélène. Malgré ce désagrément, Gilles tombe sous le charme de cette jolie anesthésiste parisienne. Les deux individus entament une liaison, mais leur idylle se heurte au spectre de la précédente relation d’Hélène.

André TÉCHINÉ (réalisateur)

D’abord critique aux Cahiers du cinéma (1964-68), il fait ses débuts en tant que réalisateur avec Paulina s’en va, portrait émouvant de l’actrice Bulle Ogier. Sa véritable entrée dans le cinéma se fait ensuite avec Souvenirs d’en France. Avec le soutien de grandes vedettes comme Jeanne Moreau, Gérard Depardieu, Marie-France Pisier, Isabelle Adjani, Isabelle Huppert ou plus tard Juliette Binoche, Emmanuelle Béart, Daniel Auteuil et Michel Blanc, qui ont tous reconnu en lui un directeur d’acteurs exceptionnel, il invente un cinéma personnel, d’un romantisme flamboyant. À partir d’Hôtel des Amériques en 1981, il commence à tourner avec Catherine Deneuve, qui reste l’une de ses actrices fétiches. Il alterne les grands récits romanesques et aborde plusieurs sujets liés aux mœurs et à l’évolution de la société contemporaine. En 1985, il reçoit le prix de la mise en scène au Festival de Cannes pour Rendez-vous. En 1995, il remporte les Césars du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur scénario pour Les Roseaux sauvages, également récompensé par le Prix Louis-Delluc. En 2003, l’ensemble de son œuvre cinématographique est couronnée du Prix René-Clair.

Philippe SARDE (compositeur)

À 18 ans, il rencontre Claude Sautet et lui propose de signer la musique de son film Les Choses de la vie. Écrite en un mois seulement pour quelque 70 musiciens, Les Choses de la vie est le premier coup de maître d’un compositeur alors seulement âgé de 20 ans : c’est le début d’une longue carrière. Outre Claude Sautet, il va développer une collaboration très suivie avec certains cinéastes majeurs, dont André Téchiné, Jacques Doillon, Pierre Granier-Deferre, Georges Lautner, Marco Ferreri, Laurent Heynemann ou Bertrand Tavernier. Sarde n’hésite pas à demander aux musiciens ou orchestres les plus renommés de venir travailler sur ses partitions : Stan Getz (Mort d’un pourri), Chet Baker (Flic ou Voyou), Stéphane Grappelli, le London Symphony Orchestra, etc. Le film La Guerre du feu constitue un point d’orgue dans sa filmographie imposante, où il combine deux orchestres, des chœurs, des solistes et des percussions dans un style avant-gardiste. Le succès de sa musique pour le film Tess et sa proposition pour l’Oscar de la meilleure musique en 1981 lui ouvrent les portes de Hollywood avec le film Le Fantôme de Milburn.

Une vie à t'attendre

Réalisé par Thierry Klifa
Musique de David François Moreau

Projection le Mercredi 6 novembre à 18h30, au cinéma le Gulf Stream, en présence de Thierry Klifa

Date de sortie10 avril 2004
Genre(s)Dramatique, Romance
Nationalité(s)France
Durée1h45
Scénario
  • Klifa Thierry
  • Thompson Christopher
Image
  • Aïm Pierre
Montage
  • Barnier Luc
Production
  • Kraus François
  • Pineau-Valencienne Denis
  • (Les Films Du Kiosque)
Distribution
  • Mars Distribution
Interprétation
  • Baye Nathalie
  • Bruel Patrick
  • Pailhas Géraldine
  • Grinberg Anouk
  • Darrieux Danielle
  • Berléand François
  • Cohen Michaël
  • Laurent Mélanie

Synopsis

Alex tient un restaurant à Paris avec son frère, Julien, et Camille, sa meilleure amie. Alors qu’il s’apprête à faire sa vie avec Claire, il retrouve par hasard Jeanne, son premier amour, de retour à Paris pour voir sa mère, après douze ans d’absence. La vie de tout le monde bascule au moment où Alex doit faire face à ses choix...

Thierry KLIFA (réalisateur)

En 1991, il intègre le mensuel Studio magazine, auquel il collabore durant onze ans. En 2001, il passe de la théorie à la pratique en réalisant un court-métrage, Emilie est partie, avec Sandrine Kiberlain, Danielle Darrieux et Michaël Cohen, qui deviendra son acteur-fétiche. Il signe en 2004 son premier long, Une vie à t’attendre, chassé-croisé sentimental avec Patrick Bruel, Géraldine Pailhas et Nathalie Baye. Après ce coup d’essai réussi, dans lequel transparait l’amour du cinéaste pour ses acteurs, les stars se bousculent au générique du Héros de la famille, un deuxième film qui mêle glamour et émotion, et réunit le gratin du cinéma français, de Catherine Deneuve à Emmanuelle Béart en passant par Gérard Lanvin et Miou-Miou. En 2011 il réalise Les Yeux de sa mère, son troisième long métrage, pour lequel il retrouve Catherine Deneuve. Puis, suivront Tout nous sépare (Ibis d’Or du meilleur film, de la meilleure musique, du meilleur rôle masculin et d’honneur à Catherine Deneuve lors du Festival de La Baule 2017), puis André Téchiné, cinéaste insoumis, un documentaire sur son ami cinéaste qui l’a beaucoup influencé.

David François MOREAU (compositeur)

A partir de 1997, David-François Moreau compose pour la télévision (Le bonheur est un mensonge), mais aussi pour le théâtre, le cinéma, le ballet, la publicité… Véritable touche-à-tout, il est aussi arrangeur, notamment pour son demi-frère Patrick Bruel (Entre Deux, en 2002) ou pour Cali (2015). Pour le cinéma il a signé les bandes originales des films Une vie à t’attendre (Thierry Klifa), Ce que mes yeux ont vu (Laurent de Bartillat), Les jolies choses (G. Paquet-Brenner) Don’t let the sun blast your shadow (Ruben Amar) et Sommeil Blanc (Jean-Paul Guyon).

Le distrait

Réalisé par Pierre Richard
Musique de Vladimir Cosma

Projection le Samedi 9 novembre à 12h30, au cinéma le Gulf Stream (Version restaurée)

Date de sortie9 décembre 1970
Genre(s)Comédie
Nationalité(s)France
Durée1h45
Scénario
  • Richard Pierre
  • Ruellan André
Image
  • Vogel Daniel
Montage
  • Yoyotte Marie-Josèphe
Production
  • Poiré Alain
  • Robert Yves
Distribution
  • Gaumont
Interprétation
  • Richard Pierre
  • Barrault Marie-Christine
  • Pacôme Maria

Synopsis

Difficile de faire plus maladroit et tête en l’air que Pierre Malaquet. Cependant, sa mère réussit à convaincre son amant de le faire engager dans son agence de publicité. Comme il fallait s’y attendre, Pierre se fait rapidement remarquer, notamment par son humour noir qu’il essaye d’imposer dans les campagnes de pub. Mais c’est lorsqu’il rencontre M. Klerdenne, un client de la société encore plus excentrique que lui, que les choses se gâtent...

Pierre RICHARD (réalisateur)

Devenu une vedette comique du cinéma français au début des années 1970, il connaît ses plus grands succès en interprétant des personnages burlesques, rêveurs et gaffeurs. Il est ainsi à plusieurs reprises François Pignon (ou François Perrin) dans les films de Francis Veber. Il est souvent surnommé « Le Grand Blond » depuis le film Le Grand Blond avec une chaussure noire (1972). Parmi ses autres films les plus notables, on peut citer : Le Distrait (1970) et Les Malheurs d’Alfred (1972), deux films réalisés par lui même (1970), Le Retour du grand blond d’Yves Robert (1974), La Course à l’échalote, de Claude Zidi (1975), Le Jouet de Francis Veber (1976), Le Coup du parapluie de Gérard Oury (1980), La Chèvre (1981) et Les Compères (1983) de Francis Veber, Le Jumeau d’Yves Robert (1984), Les Fugitifs, de Francis Veber (1986), et plus récemment, La Ch’tite famille de Dany Boon et Les Vieux fourneaux de Christophe Duthuron (2018)...

Vladimir COSMA (compositeur)

En 1968, Yves Robert lui confie sa première musique de film pour Alexandre le Bienheureux. Vladimir Cosma a composé, depuis, plus de trois cents partitions pour des films et séries T.V. à succès parmi lesquels : Le Grand Blond avec une chaussure noire, Diva, Les Aventures de Rabbi Jacob, La Boum, l’As des As, La Gloire de mon père, Cuisine et Dépendances, Le Dîner de cons… Vladimir Cosma a reçu de nombreux disques d’Or et de Platine à travers le monde et a obtenu deux Césars de la meilleure musique de films pour Diva (1982) et Le Bal (1984), deux 7 d’Or de la meilleure musique T.V., ainsi que divers prix et distinctions en France et à l’étranger. Il a reçu un Ibis d’Or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, au Festival de La Baule en 2017.

Le patient anglais

Réalisé par Anthony Minghella
Musique de Gabriel Yared

Projection, le Samedi 9 novembre à 20h30 au cinéma le Gulf Stream

Date de sortie12 avril 1997
Genre(s)Dramatique
Nationalité(s)États-Unis
Durée2h40
Scénario
  • Minghella Anthony
Image
  • Seale John
Montage
  • Murch Walter
Production
  • Zaentz Saul
  • Andrews Steve E.
Distribution
  • Gaumont Buena Vista
  • Dafoe Willem
  • Scott Thomas Kristin
  • Firth Colin
Interprétation
  • Fiennes Ralph
  • Binoche Juliette

Synopsis

En 1945, quatre personnes dechirées par la guerre se réfugient dans un monastère abandonné de Toscane pour se guérir de leurs maux. Peu à peu le passé va resurgir et la présence d’un homme mystérieux et méconnaissable, le patient anglais, va bouleverser le destin de ceux qui croisent son chemin.

Anthony MINGHELLA (réalisateur)

Pendant les années 1980 il travailla à la télévision, où il écrivit Grange Hill pour la BBC et The Storyteller pour Jim Henson. Il travailla aussi pour la série Inspector Morse. En 1990, il écrivit et réalisa Truly, Madly, Deeply, qui connut un grand succès. Son troisième film, Le Patient anglais, fut un énorme succès international, récompensé notamment par neuf Oscars, incluant le prix du Meilleur Film, du Meilleur Réalisateur et de la Meilleure Musique de film signée par Gabriel Yared. On lui doit également les films, Mr. Wonderful, Le Talentueux M. Ripley, Retour à Cold Mountain et Par effraction.

Gabriel YARED (compositeur)

Il écrit de la musique de films depuis le début des années 1980. En 1993, il reçoit le César de la meilleure musique de film pour L’Amant de Jean-Jacques Annaud, et en 1997, l’Oscar et le Golden Globe pour celle du film Le Patient anglais de Anthony Minghella (il a aussi été nommé à l’Oscar de la Meilleure Musique pour Retour à Cold Mountain, autre film de Anthony Minghella).

Gabriel Yared a également composé les bandes originales de films aussi célèbres que Sauve qui peut, la vie de Jean-Luc Godard, Hanna K. de Costa Gavras, La Diagonale du fou de Richard Dembo, Camille Claudel de Bruno Nuytten, Tatie Danielle d’Étienne Chatiliez, Beyond Therapy et Vincent et Théo de Robert Altman, 37°2 le Matin, IP5 et La Lune dans le caniveau de Jean-Jacques Beineix, Le Talentueux Mister Ripley et Par effraction de Anthony Minghella, Une bouteille à la mer de Louis Mandoki et plus récemment Tom à la ferme, Juste la fin du monde et Ma vie avec John F. Donovan de Xavier Dolan, Vue sur mer d’Angelina Jolie ou encore les films d’animation Azur et Asmar et Dilili à Paris de Michel Ocelot ou Judy, le biopic sur Judy Garland qui sortira en 2020…

37°2 le matin (version longue)

Réalisé par Jean-Jacques Beineix
Musique de Gabriel Yared

Projection, le Dimanche 10 novembre à 20h au cinéma le Gulf Stream

Date de sortie9 avril 1986
Genre(s)Dramatique
Nationalité(s)France
Durée3h05
Scénario
  • Beineix Jean-Jacques
Image
  • Robin Jean-François
Montage
  • Debril Marie-Aimée
Production
  • Ossard Claudie
  • Beineix Jean-Jacques
Distribution
  • Gaumont
Interprétation
  • Dalle Béatrice
  • Anglade Jean-Hugues
  • Darmon Gérard
  • Célarié Clémentine
  • Lindon Vincent

Synopsis

Zorg, trente-cinq ans, commence à avoir une certaine expérience de la vie, il est revenu de beaucoup de choses et s’apprête à souffler un peu. C’est ce moment que choisit Betty pour débarquer avec ses valises, son coeur en «skai mauve» et même pas un ticket de train...

Jean-Jacques Beineix (réalisateur)

Il débute comme assistant-réalisateur de Jean Becker sur la célèbre série télévisée Les saintes chéries (1964-1967) puis sur Le Cinéma de papa de Claude Berri en 1970. Il demeure assistant-réalisateur pendant une dizaine d’années, auprès de René Clément pour La Course du lièvre à travers les champs (1971) ou de Claude Zidi sur L’ Animal par exemple en 1977. Son premier long métrage Diva réalisé en 1980 connaît un succès populaire couronné de quatre César en 1982. Puis il réalise don deuxième film La Lune dans le caniveau sélectionné au Festival de Cannes. En 1986, il réalise 37°2 le matin qui le propulse au rang de star, qui sera suivi par Roselyne et les Lions en 1989. En 1993, avec IP5, il offre à Yves Montand son ultime interprétation. En 2001, il adapte le polar psychanalytique de Jean-Pierre Cattégno Mortel Transfert.

Gabriel YARED (compositeur)

Il écrit de la musique de films depuis le début des années 1980. En 1993, il reçoit le César de la meilleure musique de film pour L’Amant de Jean-Jacques Annaud, et en 1997, l’Oscar et le Golden Globe pour celle du film Le Patient anglais de Anthony Minghella (il a aussi été nommé à l’Oscar de la Meilleure Musique pour Retour à Cold Mountain, autre film de Anthony Minghella).

Gabriel Yared a également composé les bandes originales de films aussi célèbres que Sauve qui peut, la vie de Jean-Luc Godard, Hanna K. de Costa Gavras, La Diagonale du fou de Richard Dembo, Camille Claudel de Bruno Nuytten, Tatie Danielle d’Étienne Chatiliez, Beyond Therapy et Vincent et Théo de Robert Altman, 37°2 le Matin, IP5 et La Lune dans le caniveau de Jean-Jacques Beineix, Le Talentueux Mister Ripley et Par effraction de Anthony Minghella, Une bouteille à la mer de Louis Mandoki et plus récemment Tom à la ferme, Juste la fin du monde et Ma vie avec John F. Donovan de Xavier Dolan, Vue sur mer d’Angelina Jolie ou encore les films d’animation Azur et Asmar et Dilili à Paris de Michel Ocelot ou Judy, le biopic sur Judy Garland qui sortira en 2020…

Un homme amoureux

Réalisé par Diane Kurys
Musique de Georges Delerue

Projection le Lundi 11 novembre à 18h30, au cinéma le Gulf Stream, en présence de Diane Kurys (Version restaurée)

Date de sortie7 mai 1987
Genre(s)Dramatique, Romance
Nationalité(s)États-Unis
Durée1h50
Scénario
  • Schatzky Olivier
Image
  • Zitermann Bernard
Montage
  • van Effenterre Joëlle
Production
  • Kurys Diane
Distribution
  • Pathé
Interprétation
  • Coyote Peter
  • Scacchi Greta
  • Lee Curtis Jamie
  • Lindon Vincent
  • Cardinale Claudia

Synopsis

Venu tourner un film à Cineccitta, Peter Elliot, star du cinéma américain, s’éprend de sa jeune partenaire française, Jane Steiner. Il est marié et père de deux enfants, et leur liaison enflammée perturbe le tournage et remet en cause toutes leurs certitudes à l’écran et dans la vie.

Diane KURYS (réalisatrice)

L’année 1977 voit la sortie de son premier film, Diabolo Menthe, dont elle a écrit le scénario inspiré d’un roman autobiographique. Le film obtient le prix Louis Delluc et connaît un immense succès. Suivront, Cocktail Molotov (1980), Coup de foudre (1983) - nominé en 1984 à l’Oscar du Meilleur Film Etranger -, Un homme amoureux (1987) et La Baule les pins (1989). Après l’amour, écrit et réalisé en 1990 sera son premier film « contemporain ». Elle écrit et réalise ensuite À la folie (1994), Les enfants du siècle (1998), Je reste ! (2003), et L’anniversaire (2005). En 2008 elle écrit et réalise le film Sagan, et une mini série Un charmant petit monstre et Les bleus à l’âme. En 2013 elle écrit et tourne Pour une femme. Arrête ton cinéma, sorti en 2016, est l’adaptation du livre de Sylvie Testud « C’est le métier qui rentre ». Ma mère est folle, son dernier film, est son 14ème long-métrage.

Georges DELERUE (compositeur)

Compositeur de plus de trois cents musiques de films, il reçoit à trois reprises le César de la meilleure musique, en 1979 pour Préparez vos mouchoirs, en 1980 pour L’Amour en fuite et en 1981 pour Le Dernier Métro, et l’Oscar de la Meilleure partition originale lui est décerné en 1980 pour I love you, je t’aime. Parmi les films les plus connus, pour lesquels il a signé la musique, on peut citer : Hiroshima mon amour d’Alain Resnais (1959), Tirez sur le pianiste (1960) et Jules et Jim (1962) de François Truffaut, Le Mépris de Jean-Luc Godard (1963), L’Homme de Rio de Philippe de Broca (1964), La Nuit américaine de François Truffaut (1973), L’Été meurtrier de Jean Becker (1983), Platoon d’Oliver Stone (1986), Un homme amoureux de Diane Kurys (1987)...

Backdraft

Réalisé par Ron Howard
Musique de Hans Zimmer

Projection le Lundi 11 novembre à 12h30, au Cinéma le Gulf Stream

Date de sortie24 mai 1991
Nationalité(s)États-Unis
Durée2h12
Scénario
  • Widen Gregory
Image
  • Rydstrom Mikael
Montage
  • Hanley Daniel
  • Hill Michael
Production
  • Grazer Brian
  • Hallowell Todd
  • DeWaay Larry
  • De Laurentiis Raffaella
Distribution
  • Universal Pictures
Interprétation
  • Baldwin William
  • Russell Kurt
  • De Niro Robert
  • Glenn Scott
  • Sutherland Donald

Synopsis

Deux frères, Stephen et Brian McCaffrey, se destinent au métier de pompier après avoir assisté à la mort tragique de leur père, officier d’élite de la 17e caserne des sapeurs-pompiers de Chicago. Vingt ans plus tard, si Stephen est devenu un pompier émérite, Brian vit de petits boulots. De retour à Chicago, il décide néanmoins de reprendre son entrainement sous l’oeil sceptique de son frère. Mais celui-ci doit également se concentrer sur une nouvelle vague d’incidents criminels qui frappe la ville...

Ron HOWARD (réalisateur)

Intéressé par la réalisation depuis son court métrage Deed of Daring-Do en 1969, Ron Howard écrit, met en scène et interprète Lâchez les bolides ! (1977) sous la férule de Roger Corman. En 1984, le succès de sa comédie Splash, le fait entrer dans le cercle des réalisateurs à gros budgets. Dès lors, les superproductions s’enchaînent : Cocoon (1985), Willow (1988), Backdraft (1990), Horizons lointains (1992), Apollo 13 (1995), La Rançon (1996), En direct sur Ed TV (1999), Le Grinch (2000), Un homme d’exception (Oscar du meilleur réalisateur 2002), Les Disparues (2003), De l’ombre à la lumière (2005), Da Vinci Code (2006), Frost/Nixon (2008), Anges et démons (2009), Le Dilemme (2011), Rush (2013), Au Coeur de l’Océan (2015), Inferno (2016), Solo: A Star War Story (2018)...

Hans ZIMMER (compositeur)

Actif depuis les années 1980, spécialisé peu à peu dans la composition de partitions orchestrales, Hans Zimmer est connu pour avoir composé les bandes originales de films à succès dans des genres variés : des films policiers comme Black Rain (1989), des comédies dramatiques comme Thelma et Louise (1991), des films d’animation comme Le Roi lion pour les studios Disney (1994) et Le Prince d’Égypte pour DreamWorks (1998), des péplums comme Gladiator de Ridley Scott (2000), des films historiques comme Le Dernier Samouraï (2003), des films de guerre comme Les Larmes du Soleil (2003) des films de super-héros comme la trilogie The Dark Knight de Christopher Nolan, des films de science-fiction comme Inception (2010) et Interstellar (2014), également réalisés par Nolan, ou encore la franchise cinématographique d’aventure Pirates des Caraïbes à partir de 2003. En 2007, Hans Zimmer a été classé par le quotidien britannique The Daily Telegraph comme l’un des plus grands compositeurs de musique de film au monde.

Fermer le menu