Edition 2019 - Festival du Cinéma & Musique de Film de La Baule

Hommages

Pierre Richard

« Ce que j'aime, c'est le burlesque qui dénonce un système. C'est le cas de mes premiers films, nourris de satire sociale. Mon personnage est fouteur de pagaille partout où il met les pieds, dans la publicité, à la télé-vision, chez les marchands d'armes. » Ces mots sont ceux d'une grande figure de la comédie à la française, d'un prince du burlesque, à (imaginaire poétique et fertile. De ses défauts (la maladresse, la distraction, la timidité, l'inadaptation à la société), il a fait des qualités, mieux, il a fait un personnage. Il s'appelle Pierre Richard. Partenaire de Victor Lanoux au cabaret, il injecte un relief inattendu à son petit rôle dans Alexandre le bienheureux dYves Robert, son père de cinéma. Ce dernier produit son premier long-métrage, Le Distrait en 1970 : un personnage comique original est né. Outre ses propres films comme cinéaste (Les Malheurs d'Alfred, Je sais rien mais je dirai tout Je suis timide mais je me soigne), Pierre Richard explose dans Le Grand blond avec une chaussure noire dYves Robert, écrit par Francis Veber qui va devenir son auteur d'élection, notamment en passant à la mise en scène avec Le Jouet, en 1976. Outre les films de Claude Zidi, Georges Lautner ou Gérard Oury, Pierre fait des pas de côté avec des projets plus difficiles et auteuristes, réalisés par Jacques Rozier ou Marco Pico. Les années quatre-vingt seront celles de son binôme magique avec Gérard Depardieu, le temps d'un triptyque iconique signé Francis Veber (La Chèvre/Les Compères/ Les Fugitifs), qui triomphe en France et à l'étranger, particulièrement en Russie. « Dans la comédie, analyse-t-il, face à un élément perturbateur, il faut un mur. Depardieu a été mon mur idéal, dans la foulée de Bernard Blier, Michel Bouquet ou Jean-Pierre Marielle. »

La fuite des années n'altère pas sa popularité : aujourd'hui, le grand blond est devenu grand blanc, mais les enfants du XXIème siècle continuent à voir au présent Le Jouet ou La Chèvre. Multipliant les collaborations avec des cinéastes du nouveau monde (Christophe Barratier, Pierre-François Martin-Laval, Abel et Gordon), Pierre enquille en 2018 le succès des Vieux fourneaux (en trio avec Eddy Mitchell et Roland Giraud) et de La Ch'tite famille, où il incarne le père de Dany Boon. Les planches lui offrent trois spectacles autobiographiques mis en scène par Christophe Duthuron, et bientôt un projet original avec Mathilda May.

Stéphane Lerouge

Filmographie sélective

  • 1970 : Le Distrait, Pierre Richard
  • 1972 : Les Malheurs d'Alfred, Pierre Richard
  • 1972 : Le Grand Blond avec une chaussure noire, Yves Robert
  • 1974 : La moutarde me monte au nez, Claude Zidi
  • 1974 : Le Retour du grand blond, Yves Robert
  • 1975 : La Course à l'échalote, Claude Zidi
  • 1976 : On aura tout vu, Georges Lautner
  • 1976 : Le Jouet, Francis Veber
  • 1978 : Je suis timide mais je me soigne, Pierre Richard
  • 1980 : C'est pas moi, c'est lui, Pierre Richard
  • 1980 : Le Coup du parapluie, Gérard Oury
  • 1981 : La Chèvre, Francis Veber
  • 1983 : Un chien dans un jeu de quilles, Bernard Guillou
  • 1983 : Les Compères, Francis Veber
  • 1984 : Le Jumeau, Yves Robert
  • 1986 : Les Fugitifs, Francis Veber
  • 1988 : À gauche en sortant de l'ascenseur, Édouard Molinaro
  • 1990 : Promotion canapé, Didier Kaminka
  • 1997 : Droit dans le mur, Pierre Richard
  • 2003 : Mariées mais pas trop, Catherine Corsini
  • 2005 : Le Cactus, Gérard Bitton et Michel Munz
  • 2006 : Essaye-moi, Pierre-François Martin-Laval
  • 2007 : Le Serpent, Éric Barbier
  • 2008 : Faubourg 36, Christophe Barratier
  • 2009 : King Guillaume, Pierre-François Martin-Laval
  • 2009 : Victor, Thomas Gilou
  • 2009 : Cinéman, Yann Moix
  • 2011 : Et si on vivait tous ensemble ?, Stéphane Robelin
  • 2012 : Mes héros, Éric Besnard
  • 2016 : Fui Banquero, Patrick et Émilie Grandperret
  • 2017 : Un profil pour deux, Stéphane Robelin
  • 2017 : Le Petit Spirou, Nicolas Bary
  • 2018 : La Ch'tite famille, Dany Boon
  • 2018 : Mme Mills, une voisine si parfaite, Sophie Marceau
  • 2018 : Les Vieux Fourneaux, Christophe Duthuron
  • 2019 : À cause des filles..?, Pascal Thomas

William Baldwin

William Baldwin est le frère des acteurs Alec, Daniel et Stephen Baldwin. Tout naturellement, il se tourne lui aussi vers une carrière d'acteur. C'est à la fin des années 80 qu'il obtient son premier rôle dans le téléfilm The Preppie Murder, puis dans le drame Né un 4 juillet d'Oliver Stone où il joue face à Tom Cruise et aux côtés de ses deux frères Daniel et Stephen.

Par la suite, il enchaîne plusieurs longs-métrages à l'instar de L'expérience interdite (Flatliners) de Joel Schumacher, puis Backdraft de Ron Howard, aux côtés de Kurt Russel et Robert De Niro, qui lui ouvre les portes d'Hollywood et lui confère le statut de star. Sa carrière se lance d'emblée et il devient l'un des visages notables du cinéma américain dans les années 1990. Les producteurs [associe alors avec deux des sex-symbols de cette décennie : Sharon Stone pour les besoins du film Sliver, puis Cindy Crawford dans Fair Game. En 1999 il partage la vedette du film Virus aux côtés de Jamie Lee Curtis. Entre 1999 et 2018, il est aussi à [affiche d'une douzaine de longs-métrages, tels que Primary Suspect de Jeff Celentano 120001, The Squid and the Whale de Noah Baumbach (2005) ou encore Maximum Impact d'Andrzej Bartkowiak (2017).

En 2018, l'acteur revient dans la série The Purge inspirée de la série de film American Nightmare. En effet, outre le cinéma, l'acteur trouve également son bonheur à la télévision. De 2007 à 2009, il appa-raît régulièrement dans la série Dirty Sexy Money avant de rejoindre le casting de Gossip Girl en 2010 puis celui de la série 30 Rock. Depuis 2019 il est la vedette des séries Northern Rescue et Too Old to Die Young, diffusées sur Netflix. 2019 marque aussi son retour au cinéma avec la sortie de Backdraft 2 dans lequel il reprend son rôle et se retrouve face à Donald Shuterland. Il est également à l'affiche de Talk, un moyen métrage réalisé par le françaisRomuald Boulanger Romuald Boulanger.

Filmographie sélective

  • 1989 : Né un 4 juillet (Born on the fourth of july), Oliver Stone
  • 1990 : L'Expérience interdite (Flatliners), Joel Schumacher
  • 1990 : Affaires privées (Internal Affairs), Mike Figgis
  • 1991 : Backdraft, Ron Howard
  • 1993 : Sliver, Phillip Noyce
  • 1993 : Three of Hearts, Yurek Bogayevicz
  • 1995 : Fair Game, Andrew Sipes
  • 1995 : Pyromaniac Love Story, Joshua Brand
  • 1996 : Sang-froid (Curdled), Reb Braddock
  • 1998 : Jessie (Shattered Image), Raoul Ruiz
  • 1998 : Bulworth, Warren Beatty
  • 1999 : Virus, John Bruno
  • 2000 : So British! (en) (Relative Values), Eric Styles
  • 2000 : Primary Suspect, Jeff Celentano
  • 2001 : Le Piège d'une liaison (Say Nothing), Allan Moyle
  • 2001 : One Eyed King, Nathaniel Ryan
  • 2001 : Double Bang (en), Heywood Gould
  • 2002 : You Stupid Man, Brian Burns
  • 2003 : Red Rover, Marc S. Grenier
  • 2005 : The Squid and the Whale, Noah Baumbach
  • 2006 : Feel, Matt Mahurin
  • 2006 : Lenexa, 1 Mile, Jason Wiles
  • 2006 : Sakura: Blue-Eyed Samurai, Dean Paras
  • 2006 : Le Carrefour du parc (Park), Kurt Voelker
  • 2006 : Last Hour, Pascal Caubet
  • 2007 : Adrift in Manhattan, Alfredo De Villa
  • 2007 : Noise, Henry Bean
  • 2008 : Sans Sarah rien ne va (Forgetting Sarah Marshall), Nick Stoller
  • 2010-2012 : Gossip Girl (série tv),
  • 2012 : Remnants, Peter Engert
  • 2012 : 30 Rock (série tv),
  • 2013 : The Stranger Inside, Adam Neutzsky-Wulff
  • 2016 : The Broken Key, Louis Nero
  • 2017 : Maximum Impact, Andrzej Bartkowiak
  • 2019 : Northern Rescue (série tv, Netflix),
  • 2019 : Too Old to Die Young (série tv, Netflix),
  • 2019 : Backdraft 2, Gonzalo López-Gallego
  • 2019 : Talk (moyen métrage), Romuald Boulanger
Fermer le menu