Edition 2019 - Festival du Cinéma & Musique de Film de La Baule

Jury

André Téchiné (Réalisateur, scénariste)

Président du jury

© R. Frankenberg - Modds

J'ai appris la vie à travers le cinéma d'André Téchiné. Il y avait quelque chose de romanesque, une effervescence, une violence des sentiments, une fièvre et des aspirations qui touchaient profondément [adolescent que j'étais. Le premier film que j'ai vu, c'est Hôtel des Amériques. J'avais 14 ans. Je n'aurais sans doute jamais fait ce métier sans ce film et ceux, aux titres évocateurs, qui ont suivi : Rendez-vous, Le lieu du crime, J'em-brasse pas, Ma saison préférée, Les roseaux sauvages…
J'ai rencontré André Téchiné une première fois, en 1996, pour la sortie des Voleurs. J'étais jeune journaliste à Studio Magazine. L'entretien s'est si bien déroulé qu'en nous quittant il m'a proposé devenir sur le tournage d'Alice et Martin qui débutait quelques jours plus tard… « D'habitude mes plateaux sont fermés à la presse mais vous serez [exception. » Pouvoir [observer ainsi, même quelques jours, a été instructif et pas-sionnant. Inoubliable. Lors de notre premier entretien, il m'avait dit : « Quand je tourne, j'oublie toutes mes névroses » C'est vrai, lui, si ré-servé et secret dans la vie, redoublait d'assurance, d'autorité, son appa-rente fragilité se transformait en une force implacable.
Par la suite, nous nous sommes revus. De plus en plus régulièrement. Au point de diner une fois par semaine ensemble. Et ce que j'ai appris au contact de [homme m'a fait apprécier encore d'avantage son oeuvre. Ce regard si particulier et personnel qu'il porte sur le cinéma, le monde, la jeunesse, l'amour, l'homosexualité, la politique, la littérature, la religion, le temps qui passe, la mort… Ses admirations pour Proust, Roland Barthes, Stendhal, Chaplin, Truffaut, Bertolucci, Almodovar, la peinture de la renaissance italienne… Autant de thèmes et d'influences qui jalonnent son travail.
En analysant son oeuvre, on y voit une France en pleine mutation. Un réalisateur qui s'intéresse autant à [intime qu'à [universel, plaçant ses personnages au centre de l'Histoire. Un passionné de l'âme humaine, à [écoute des tourments de sa génération comme de la jeunesse actuelle, des révolutions sociales et sexuelles, pratiquant un militantisme intellectuel, choisissant ses combats, abordant frontalement des thèmes sociétaux brûlants : les migrants, le sida, la montée des extrémismes, le djihadisme… Comme il dit : « Un cinéaste ça se demande comment va le monde, s'il ne se pose pas cette question, il fait du cinéma qui se prend le pouls ».
Cinquante ans se sont écoulés entre son premier film, Paulina s'en va et la sortie récente de L'adieu à la nuit sa-lué par un beau succès public et une presse unanime qui, une fois de plus, souligne son importance majeure. Au-delà des modes, il a toujours su capter l'air du temps, donnant à ses héroïnes le beau rôle, se réappropriant régulièrement ses propres thématiques en travaillant avec de nouveaux scénaristes, se frottant à différentes générations d'acteurs, adaptant sa grammaire cinématographique aux nouvelles techniques pour toujours plus s'interroger, fouiller, se remettre en question… Prix de la mise en scène à Cannes pour Rendez-vous, Césarisé pour Les roseaux sauvages légalement Prix Louis Delluc) qui lui a valu une reconnaissance interna-tionale et de devenir une icône gay Outre-Atlantique, admiré par Scorsese grand fan des Voleurs, Téchiné, loin de se reposer sur ses lauriers, ne pense qu'à [avenir. Et [avenir, c'est quoi sinon un autre film ?
THIERRY KLIFA

Thomas Dutronc (Chanteur, compositeur, acteur)

Membre du jury

© Yann Orhan

Après avoir fait ses gammes auprès des meilleurs musiciens de jazz manouche, il se lance dans la carrière de musicien et collabore, en 1995, à l'album Brèves Ren-contres de son père Jacques Dutronc. Parallèlement, il joue la comédie dans le film de Valérie Lemercier Le Derrière (1999), et dans celui d'Alain Soral, Confession d'un dragueur(20011. En 2003 il participe avec -M- (Matthieu Chedid) à la musique du film Toutes les filles sont folles de Pascale Pouzadou et à celle du dessin animé Les Tri-plettes de Belleville de Sylvain Chomet. Il réitère en 2005 en signant celle du film Les Enfants de Christian Vincent. Il compose aussi pour le chanteur Jacno et participe, en tant qu'arrangeur et réalisateur, aux albums de sa mère, Françoise Hardy. En 2007, Thomas Dutronc sort l'album Comme un manouche sans guitare, certifié disque d'or et nommé, en 2008, aux 23e Victoires de la musique dans les catégories artiste révélation du public et album de l'année. En 2009, Comme un manouche sans guitare remporte la Victoire de la chanson originale lors de la 24e cérémonie des Victoires de la musique. En 2010, il participe au nouvel album d'I Muvrini en chantant aux côtés du groupe dans la chanson Bonafurtuna. Toujours en 2010, il travaille à nouveau pour le cinéma et signe et interprète la chanson Seul, Seul, Seul, pour la comédie réalisée par Dominique Farrugia, amour, c'est mieux à deux et la chanson Adèle Blanc-Sec, pour le film de Luc Besson, Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec Cannée suivante, son deuxième album sort intitulé Silence on tourne, on tourne en rond. En 2015, paraît son troisième album intitulé Éternels, jusqu'à demain et en 2018 Live is love. Thomas Dutronc a aussi signé, en 2018, la musique du film de Daniel Au-teuil, Amoureux de ma femme, avec également Sandrine Kibertain et Gérard Depar-dieu. On le retrouvera comme acteur, en 2020 dans Belle fille, de Méliane Marcaggi, un film dans lequel il interprètera l'amant d'Alexandra Lamy.Thomas Dutronc sortira aussi son 5ème album, composé de duos avec de nombreuses stars internationales de la chanson.

Astrid Bergès-Frisbey (Actrice)

Membre du jury

© Thomas Lavelle

Née à Barcelone d'un père espagnol et d'une mère franco-américaine, Astrid Bergès-Frisbey s'installe à Paris pour ses études à l'âge de 17 ans. Elle se dirige rapidement vers le métier de comédienne et s'inscrit au Cours Simon. En 2007, alors âgée de 21 ans, elle intègre le casting du téléfilm Elles et moi de Bernard Stora, aux côtés de l'actrice Danielle Darrieux et obtient son premier rôle majeur au cinéma dans l'adaptation du roman de Marguerite Duras Un barrage contre le Pacifique, réalisée par Rithy Panh. Elle apparaît ensuite en 2011 dans La Fille du puisatier sous les traits de Patricia, la fille du personnage joué par Daniel Auteuil, réalisateur du film. La même an-née, grimée en sirène, elle partage l'affiche avec Johnny Depp, Pénélope Cruz et Geoffrey Rush dans Pirates des Caraibes : la Fontaine de Jouvence. Puis elle incarne Juliette de Pierre Godeau en 2013, épaulée alors par Féo-dor Atkine et Élodie Bouchez. En 2014, elle donne ensuite la réplique à Michael Pitt dans f Origins de Mike Cabal et l'année suivante, elle jongle entre français et italien dans Alaska de Claudio Cupellini. Elle réitère en 2017 son expérience hollywoodienne avec son rôle de premier plan dans Le Roi Arthur : la Légende d'Excalibur de Guy Ritchie. Elle vient de tourner en France dans L'Autre un film sous la direction de Charlotte Dauphin aux cotés de An ouk Grinberg et James Thierrée et en Espagne dans WayDown sous la direction de Jaume Balaguero aux cotés de Freddie Highmore, Liam Cunningham, Sam Riley et Luis Tosar.

Thierry Klifa (Réalisateur, scénariste)

Membre du jury

Cinéphile dès son plus jeune âge, Thierry Klifa entre dans l'univers du Septième Art par la voie du journalisme. En 1991, il intègre le mensuel Studio magazine, auquel il collabore durant onze ans, aux côtés d'autres futurs cinéastes qui ont pour nom Marc Esposito ou Denis Parent. En 2001, Thierry Klifa passe de la théorie à la pratique en réalisant un court-métrage, Emilie est partie, avec Sandrine Kiberlain, Danielle Darrieux et Michaël Cohen, qui deviendra son acteur-fétiche. Il signe en 2004 son premier long, Une vie à t'attendre, chassé-croisé sentimental avec Patrick Bruel, Gé-raldine Pailhas et Nathalie Baye, qui connaît un joli succès en salles. Après ce coup d'essai dans lequel transparait l'amour du cinéaste pour ses acteurs, les stars se bousculent au générique du Héros de la famille, un deuxième film qui mêle glamour et émotion, et réunit le gratin du cinéma français, de Catherine Deneuve à Emmanuelle Béart en passant par Gérard Lanvin et Miou-Miou. Son ami et co-scénariste Christopher Thompson se lance en 2009 dans la réalisation avec Bus Palladium. Fidèles à leur habitude, ils en signent tous les deux le scénario et poursuivent leur collaboration fructueuse en écrivant Les Yeux de sa mère, en 2011, le troisième long métrage de Thierry Klifa. Pour l'occasion, le réalisateur s'entoure une fois encore d'un casting quatre étoiles parmi lequel on retrouve des habituées comme Catherine Deneuve et Géraldine Pailhas, mais aussi Nicolas Duvauchelle ou encore Marisa Paredes qui font ainsi leur entrée dans l'univers du cinéaste français. En 2017, il retrouve Catherine Deneuve et Nicolas Duvauchelle pour Tout nous sépare, son quatrième long métrage. Un film qui remporte, au Festival de La Baule, un Ibis d'or du Meilleur film, de la Meilleure Musique pour Gustavo Santaolla, du meilleur acteur ex-aequo pour Nicolas Duvauchelle et Nekfeu et un Ibis d'or d'honneur pour Catherine Deneuve. Grand admirateur, depuis sa jeunesse du réalisateur André Téchiné, il lui consacre un documentaire, André Téchiné, cinéaste insoumis, qui sera présenté au Festival du Film de La Baule.

Eric Neveux (Compositeur)

Membre du jury

© Steven Petitteville

Pour Eric Neveux, la musique est une vocation qui rencontre le cinéma l'année de ses 25 ans. Fasciné par la scène Downtempo de Bristol, il signe, sous le nom de Mr Neveux, l'album Tuba pour le label Cup of Tea Records. François Ozon, lui demande ensuite de composer la musique de son premier moyen métrage Regarde La Mer, puis celle de son premier long métrage Sitcom. Dès lors, Eric Neveux est déterminé à conjuguer au futur Musique et Cinéma. Sa rencontre avec Patrice Chéreau pour Ceux Qui M'aiment Prendront Le Train, sera déterminante et fondatrice. Au contact d'un réa-lisateur aussi exigeant que créatif, Eric Neveux approfondira son approche cinémato-graphique de la composition en terme de sens et de narration. Il signera la partition de Intimité, (Golden Bear Award au Festival de Berlin 2001), puis celle de Persécution, primé à la Mostra de Venise en 2009, et suivra son mentor au Théâtre pour une série de collaborations remarquables. Avec plus de 120 films à son actif, dont 60 longs-métrages, Eric Neveux s'est natu-rellement imposé comme l'interlocuteur privilégié de réalisateurs de films d'auteur originaux et exigeants : Rachid Bouchared (Trilogie Américaine), Isabelle Czajka (La Vie Domestique), Emmanuelle Bercot (La Tête Haute), Pascale Pouzadoux (La dernière leçon), Zad Doueiri II:Attentat, puis L'Insulte nommé aux Oscars 20181_ Son style s'est également imposé dans des films plus grand public comme Les Kaïra (2012), Les Vacances Du Petit Nicolas (2014), Boomerang (2015), Un homme à la hauteur et Pattaya (2016), Les aventures de Spirou et Fantasio et Le Flic de Belleville (2018), des documentaires ambitieux pour le cinéma (II Était une Forêt de Luc Jacquet) et la télé-vision (Inside Obama's White House pour la BBC), ainsi que nombre de téléfilms, parmi lesquels Un HommeAbimé de Philippe Triboit, récompensé au Festival de La Rochelle 2019. Le film d'animation lui a offert un joli terrain de jeu, et il jouera en virtuose avec Le Voyage De Ricky de Toby Genkel & Reza Memary (2017), Zombillénium d'Arthur De Pins et Alexis Ducord (2017), et Samsam de Tanguy de Kermel (sortie prévue en 2020). Côté séries, on peut citer Borgia de Tom Fontana pour Canal +, les 7 saisons d'Un Vil-lage Français, et plus récemment, pour son complice Ziad Doueiri, la bande originale de Cadres Noirs produit pour hie et Netflix. Pour Éric Neveux, tout est quête de sens et quête de son. Son travail de composition et de production, aussi passionné qu'exigeant, est porté par une inspiration qui puise aux sources de divers courants musicaux, qu'il n'hésite pas à détourner, les couleurs d'une écriture singulière et très personnelle au seul service de l'image.

Nadia Farès (Actrice)

Membre du jury

© Sandrine Gomez

Sa première apparition sur nos écrans a eu lieu en 1991 dans le téléfilm L'Exil, une coproduction internationale. Elle se tourne ensuite vers le grand écran en jouant dans la comédie Les Amis de ma femme de Didier Van Cauwelaert (1993), puis dans Elles n'oublient jamais de Christopher Franck aux côtés de Thierry Lhermitte (1994). Alexandre Arcady lui offre alors une place dans son Dis-moi oui (1995), puis Claude Lelouch et Bernie Bonvoisin lui offrent de jolis rôles dans leurs films Hommes Femmes : mode d'emploi (1996) et Les Démons de Jésus (1997). En 1997 elle est éga-lement à l'affiche de Sous les pieds des femmes de Rachida Krim puis en 1999, elle retrouve Bernie Bonvoisin dans Les Grandes bouches. Dans les années qui suivent, elle marque les esprits dans les films d'action, notamment dans Les rivières pourpres de Mathieu Kassovitz (2000) et Nid de guêpes de Florent Siri (2002). En 2002, la comé-dienne est aussi à l'écran dans deux autres longs- métrages, Coup franc indirect de Youcef Hamidi et Le Mal de vivre de Jean-Michel Pascal, qui seront suivis par Pour le plaisir de Dominique Deniddere (2004), L'Ex-femme de ma vie de Josianne Blasko (2005), Rogue : L'Ultime Affrontement, film d'action américain de Philip G. Atwall dans lequel elle donne la réplique à Jet Li et Jason Statham (2007) et Storm Warning, un film d'horreur de Jamie Blanks (2007). A la naissance de ses 2 filles, elle décide de mettre sa carrière entre parenthèses. C'est 15 ans plus tard, avec la série Marseille (2016-2018), que l'actrice fait son grand retour sur les écrans. Elle apparait en 2017 dans Chacun sa vie de Claude Lelouch puis tient le rôle principal de la série Les Ombres rouges (2019) (Nadia Farès a aussi joué dans de nombreuses autres séries et téléfilms : Navarro, Force de frappe, Quatre pour un foyer, Revivre…). Toujours en 2019 elle campe le personnage de Lolita dans Lucky, Day, le nouveau film de Roger Avary, le complice de Quentin Tarantino. Elle se consacre actuellement à la préparation de son premier long métrage en tant que réalisatrice.

Patrick Poivre D'Arvor (Journaliste, écrivain)

Membre du jury

© Georges Seguin

Trente ans de journaux télévisés de 20 heures mais aussi près de soixante dix livres, depuis son tout premier roman, Les Enfants de l'aube, écrit à l'âge de 17 ans. Nombre d'entre eux ont été récompensés par des jurys prestigieux : l'Irrésolu, a reçu le Prix Interallié (2000), Un enfant, a été distingué par les lecteurs du Livre de Poche (2001) ou encore La mort de Don Juan, roman qui a obtenu le Prix Maurice Genevoix (2004). Les livres hommages à sa fille Solenn, dont les droits sont allés à la construction de la Maison de Solenn, ont remporté un immense succès (Lettres à l'absente, 1993 et Elle n'était pas d'ici, 1995). Il est aussi l'auteur en 2015 de Un homme en fuite et l'Odyssée des marins, écrit avec son frère Olivier, ainsi que de l'ouvrage St Exupéry, le cartable aux souvenirs (2016). Outre ces brillantes carrières, littéraire et journalistique, Patrick Poivre d'Arvor a animé pendant 20 ans des émissions littéraires à la télévision (Ex Libris, puis Vol de nuit) et propose depuis 7 ans sur France 5 la collection Une maison, un artiste.. Toujours pour la télévision, il a aussi réalisé le film Mon frère Yves, d'après l'oeuvre de Pierre Loti (2012), avec Thierry Frémont et Jérome Kirscher. Passionné d'Opéra, il a mis en scène Carmen (2010), puis Don Giovanni (2014) pour Opéra en Rein Air dans des sites et des châteaux prestigieux, ainsi que Un amour en guerre, l'opéra de Caroline Glory dont il a écrit le livret (2014), et depuis 7 ans, il propose un récital-lecture, Chopin, l'âme déchirée, autour des poèmes tirés de son «Anthologie des plus beaux poèmes d'amour ». Il incarne par ailleurs Apollinaire dans le spectacle l'Engrenage , et Van Gogh dans les Lettres à Théo.11 interprète également les Lettres à Lou, Le Petit Prince, l'Insoutenable légèreté de l'être, ou encore les oeuvres de Colette et de George Sand. En 2016, il a interprété au théâtre le rôle principal de Garde alternée et en 2018 il était sur scène dans le spectacle Patrick et ses fantômes. Patrick Poivre d'Arvor à également animé une émission culturelle et d'informations sur Radio Classique le 19h-20 de Patrick Poivre d'Arvor (2014 à 2018). Depuis 2017 il présente Vive les livres sur C News. Son dernier roman La Vengeance du Loup, est sorti en janvier 2019.

Fermer le menu