X Patientez Un peu de patience, le festival se prépare...

Le contenu de cette page sera bientôt disponible !

FERMER
Hommage


 CEREMONIE DE REMISE DES PRIX ET HOMMAGE A CLAUDE LELOUCH & FRANCIS LAI : « 50 ANS D’AMITIE ET DE CINEMA »


 


Samedi 23 novembre à 20h30 à Atlantia (Palais des Congrès) en présence de Claude LELOUCH et Francis LAI


 


 


« Francis Lai est bien davantage que mon compositeur : il est mon double avec des notes. » C’est avec ces mots que Claude Lelouch évoque son indispensable complice compositeur de presque tous ses films, rencontré en 1965 grâce à Pierre Barouh.


 


Pour fêter leur 50 ans de carrière, de collaboration et de complicité depuis « Un Homme et une Femme » jusqu’au film « Salaud on t’aime », le Festival de Cinéma et de Musique de Film a décidé de rendre hommage à ces deux géants indissociables du cinéma.


 


Le Samedi 22 novembre, à 20h30, juste après la Cérémonie des remises des prix du Festival en présence de l’ensemble du Jury et avant le concert « Ciné Musique », un hommage exceptionnel sera rendu au réalisateur Claude Lelouch et à Francis Lai, en leur présence, sur la scène du palais des congrès Atlantia de la Baule. Ce sera un des moments forts du festival.


CLAUDE LELOUCH


Réalisateur, scénariste, producteur, distributeur


En 50 ans, Claude Lelouch réalise plus de quarante films dont « Un homme et une femme » (qui lui vaut une Palme d’or à Cannes, deux Oscars et quarante récompenses internationales), « Vivre pour vivre » (1967, Golden Globe du meilleur film étranger), « L’aventure, c’est l’aventure » (1972, sélection au Festival de Cannes), « Toute une vie » (1974, nomination pour l’Oscar du meilleur scénario), « Le chat et la souris » (1975, Grand Prix de l’Académie Française), « Les uns et les autres » (1981, Sélection officielle Festival de Cannes 1981), « Edith et Marcel » (1983), « Viva la vie » (1984, sélection au Festival de Venise), « Itinéraire d’un enfant gâté » (1988, trois nominations aux César, César du meilleur acteur pour Jean-Paul Belmondo, Prix d’Interprétation pour Richard Anconina au Festival de Chicago), « Il y a des jours… et des lunes » (1990, sélection au Festival de Venise), « Tout ça…pour ça ! » (1993, César du meilleur acteur dans un second rôle pour Fabrice Luchini, Prix de la mise en scène au Festival des Films du Monde de Montréal), « Les Misérables » (1994, Golden Globe du meilleur film étranger, César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Annie Girardot, Prix Joseph Prize à New-York, Meilleur film étranger au London Film Critics Circle), « Hommes, femmes : mode d’emploi » (1996, Petit Lion d’or au Festival de Venise), « Roman de gare » (2007, sélection au Festival de Cannes), « Salaud, on t’aime » (2014).


Claude LELOUCH a également été producteur et distributeur. Il a notamment produit « Napoléon » d’Abel Gance (nouvelle version longue et sonore, 1970), « Ca n’arrive qu’aux autres » de Nadine Trintignant (1971), « Far west » de Jacques Brel (1973), « Molière » d’Ariane Mnouchkine (1978), ou encore « Entre adultes » (2006) de Stéphane Brizé. Il a aussi distribué le film de Geoffrey Enthoven « Hasta la vista » (2012, prix du public au Festival de l’Alpe d’Huez).


 


FRANCIS LAI


Compositeur, musicien


 


Initié à l’accordéon par son cousin, il débute professionnellement à seize ans dans les bals populaires puis les cabarets de la côte. Attiré par le jazz, il se familiarise avec l’improvisation, qui l’amène à l’écriture. Tout va ensuite s’accélérer : le jeune Lai monte à Paris, écrit des chansons avec Bernard Dimey, rencontre Piaf dont il devient l’accordéoniste… En 1965, par l’intermédiaire de Pierre Barouh, il croise un jeune cinéaste, Claude Lelouch, qui lui propose de mettre en musique un projet de film intitulé “Un homme et une femme”. La suite appartient à l’histoire : Palme d’Or, succès mondial, avalanche de reprises, d’Ella Fitzgerald à Tom Jones. En un film, la musique de Lai devient indissociable du cinéma sentimental selon Lelouch et fait de lui l’un des compositeurs les plus en vue du cinema français et européen. A chaque nouveau projet, le binôme reconduira la méthode de son expérience fondatrice : mettre en boîte la partition en amont du tournage, afin que Lelouch puisse s’en servir sur le plateau. « La musique de Francis est mon meilleur directeur d’acteurs » résume le cinéaste, trente-deux films plus tard, dont une bonne poignée de classiques (“Vivre pour vivre”, “La Bonne année”, “L’Aventure, c’est l’aventure”, “Les Uns et les autres”, “Itinéraire d’un enfant gate”).


 


Outre Claude Lelouch, Francis Lai vivra quelques brillantes aventures partagées avec le vétéran René Clément (“Le Passager de la pluie”), Henri Verneuil (“Le Corps de mon ennemi”) Yves Boisset (“Canicule”), Claude Zidi (“les trois Ripoux”, “Association de malfaiteurs”), Nikita Mikhalkov (“Les Yeux noirs”). La spirale du succès s’intensifie dans les années soixante-dix avec l’Oscar pour la partition de “Love story” et les disques d’or de “Bilitis”, sans compter les compositions hors films : “Les Etoiles du cinema”, inoubliable indicatif de FR3 (souvenez-vous des regards d’acteurs en fondu enchaîné), ou encore “La Bicyclette”, pierre angulaire du répertoire d’Yves Montand.


 


Chez lui, dans son home studio, Francis Lai compose toujours sur un clavier-accordéon, fidèle à une inspiration tournée vers la simplicité des sentiments, populaire dans le meilleur sens du terme.


 

Festival du Film de La Baule
Palmarès 2016

Ibis d’Or du Meilleur film :
« Paterson », de Jim Jarmusch (USA)

Ibis d’Or de la Meilleure Musique de film :
« La Tortue Rouge », musique de Laurent Perez del Mar (France, Belgique, Japon)

Ibis d’Or du Meilleur Scénario :
« Tanna », de Martin Butler et Bentley Dean (Australie, Vanuatu)

Ibis d’Or du Meilleur Acteur :
Adam Driver, pour « Paterson » (USA)

Ibis d’Or de la Meilleure actrice :
Golshifteh Farahani, pour « Paterson » (USA)

Ibis d’Or du Prix du Public - Groupe Barrière :
« Tour de France », de Rachid Djaïdani (France)

Ibis d’Or du Meilleur Court-Métrage – AG2R la Mondiale :
« The Fall of Men », de Yohan Faure

---

Ibis d’Or d’Honneur (pour l’ensemble de sa carrière) :
Lalo Schifrin