ÉDITOS 2023

Christophe Barratier

Fondateur du Festival

« Rollin’ Rollin’ Rollin’… Rawhide ! ». Écrit par Ned Washington et Dimitri Tiomkin, le fameux refrain chanté par Frankie Laine au générique de la série Rawhide, une histoire de cow-boys et de transhumance, fût bientôt indissociable de celui qui y incarnait le personnage de Rowdy. Ce même acteur qui bientôt, cigarillo aux lèvres et pancho aux épaules, délaissera un moment les plaines du far-west pour le désert espagnol d’Alméria, devenant le héros d’un certain Sergio Leone qui, en maître du western dit « spaghetti », le mena d’une poignée de dollars à quelques-uns de plus, pour terminer en apothéose dans le rôle d’un « Bon » confronté à une brute et un truand. La musique d’Ennio Morricone allait faire le reste pour mettre définitivement sur orbite la carrière de celui qui incarnerait désormais un mythe américain dans la diversité de ses origines et de ses contradictions.

Farouchement indépendant sans se prétendre rebelle, Clint Eastwood comprit vite qu’il lui faudrait rester maître de
son œuvre en produisant et réalisant ses propres films, pour incarner des personnages tout aussi héroïques que rongés par la douleur, la vieillesse ou le poids du passé, dont le prestige flirte toujours avec la chute, dans de grands espaces jamais loin de se transformer en caveaux, l’ensemble dessinant un récit de l’Amérique sans cesse tiraillée entre le Bien et le Mal.

Bien qu’il se revendique davantage comme artisan que comme artiste, Clint Eastwood n’oublia jamais qu’avec le réalisateur et le scénariste, le compositeur est le troisième auteur d’un film. Sa passion pour la musique l’emmena de biopic comme Bird ou de comédies musicales comme Jersey Boys tout comme à composer lui-même bon nombre de ses bandes originales, transmettant son attrait particulier pour le jazz à son fils Kyle, qui, pour cette neuvième édition du Festival de Cinéma et de Musique de Film de La Baule, nous fera partager ses talents de compositeur et d’instrumentiste, auxquels son père fit souvent appel pour de fructueuses collaborations.

Écouter et voir. Toute la carrière d’Eastwood, aujourd’hui perpétrée par Kyle, prouve qu’un film se voit tout autant qu’il s’entend. Ainsi, toute l’équipe de notre festival vous invite à nouveau à partager sa raison d’être. Écoutez voir !


© Rachid Bellak

Sam Bobino

Fondateur du Festival

Depuis sa création en 2014, le Festival de Cinéma et de Musique de Film de La Baule s’est imposé comme le rendez-vous incontournable de la musique de film en France. Et ce n’est pas la venue cette année de l’excellent contrebassiste de jazz Kyle Eastwood, à qui le festival rend hommage (et à travers lui à l’oeuvre de son père l’immense Clint Eastwood), qui se produira à La Baule pour un concert exceptionnel, qui fera dire le contraire.

Chaque année, le Festival de La Baule recherche, sélectionne et programme le meilleur de la musique de film mais aussi du cinéma français, que ce soit au format long métrage ou court métrage. Il célèbre les talents consacrés et révèle les cinéastes et compositeurs de demain, notamment via sa «factory» qui récompense la révélation jeune compositeur de l’année.

Soucieux de transmettre, il permet également aux plus jeunes, d’être initiés à la musique à l’image via ses master class destinées aux scolaires et s’associe depuis deux ans au Secours Populaire de la région pour que la fête puisse être partagée par tous sans exception.

L’association du Festival de La Baule, de par l’engagement de toute son équipe uniquement composée de bénévoles, contribue à faire de la presqu’île une terre de cinéma où on a plaisir à se retrouver chaque été, comme une famille à plaisir à se retrouver pour les vacances, la grande famille du cinéma à laquelle vous appartenez aussi désormais.

Écouter et voir. Toute la carrière d’Eastwood, aujourd’hui perpétrée par Kyle, prouve qu’un film se voit tout autant qu’il s’entend. Ainsi, toute l’équipe de notre festival vous invite à nouveau à partager sa raison d’être. Écoutez voir !


Franck Louvrier

Maire de La Baule-Escoublac
Vice-président du conseil régional des Pays de la Loire

Le Festival de Cinéma et de Musique de Film de La Baule est maintenant le signe avant-coureur de l’été, au cœur d’une « terre de cinéma » qui a accueilli l’année dernière en Pays de la Loire 267 jours de tournage de fiction !

Avec son déploiement plus étoffé, ce rendez-vous désormais incontournable, met en particulier les films français à l’honneur. Il valorise également la musique de cinéma notamment autour d’avant-premières, de Master class, de classes d’initiations à l’image et à la musique pour nos scolaires.

Par le choix de cette année, le Festival met en lumière le lien particulier entre les cinémas français et outre-Atlantique : le Centre National du Cinéma et de l’image animée (CNC) permettant avec succès que « l’aval finance l’amont » et surtout que les succès américains contribuent à notre exception culturelle française.

Témoignage de l’importance prise par ce rendez-vous du monde du cinéma, ses organisateurs ont frappé un grand coup pour cette neuvième édition : l’invité d’honneur est le bassiste et contrebassiste de jazz Kyle Eastwood, le fils de l’un des monuments vivants du septième art.

En effet, la double carrière de Clint Eastwood, acteur et réalisateur, du fait de sa longévité, sa richesse et ses nombreux succès, en a fait une figure majeure du cinéma, aussi bien au niveau américain que mondial. Il a ainsi été récompensé à de nombreuses reprises, remportant entre autres quatre Oscars, cinq Golden Globes, trois César et la Palme d’honneur au Festival de Cannes en 2009.

Kyle rendra un vibrant hommage lors d’un concert exceptionnel reprenant les meilleures musiques des films de son père.

Nous avons hâte d’y être !


Dominique Desseigne

Président-directeur général du groupe Barrière

Des musiques dans la lumière de l’Atlantique. Barrière accueille à La Baule pour sa neuvième édition le Festival de Cinéma et de Musique de Film. Un rendez-vous pour ceux qui aiment aussi « écouter » un film. Car depuis plus de cent vingt ans la musique et le cinéma fabriquent des images et des sentiments en s’accompagnant pour raconter des histoires. Sous le clairon ou dans le murmure. Cette fois, le jazzman et compositeur Kyle Eastwood en est l’invité d’honneur.

Être partenaire d’un tel Festival c’est révéler des atmosphères et des ambiances de bien-être. À La Baule – où on ne parle pas que des dialogues et des images – c’est aussi apprécier dans l’air du temps l’univers des Hôtels Barrière Le Royal et L’Hermitage. Pour nous la musique est un accord sans dièse ni bémol.

Bienvenue.
Bon Festival.


® Baptiste Marcon

Serge Perathoner

Président du Conseil d’administration de la Sacem

La musique accompagne nos vies et, depuis 172 ans, la Sacem accompagne celles et ceux qui la créent. 197 000 auteurs, compositeurs et éditeurs l’ont choisie pour gérer leurs droits d’auteur, dont un très grand nombre de compositeurs de musique pour l’image. La Sacem agit pour faire rayonner toutes les musiques dans leur diversité et contribue à la vitalité et au rayonnement de la création sur tous les territoires, via un soutien quotidien à des projets culturels et artistiques.

Parce que la musique s’écoute autant qu’elle se regarde, elle tient une place essentielle au cœur du processus de création cinématographique. Elle contribue à l’identité même du film, en installant une ambiance, un rythme et en sublimant les émotions. Le compositeur de musique est bien le troisième auteur de l’œuvre aux côtés du réalisateur et du scénariste.

La Sacem accompagne, promeut et soutient tout au long de l’année les compositeurs de musique de films à travers des dispositifs d’aide à la création de musique originale pour le long métrage, le court métrage, le documentaire, la fiction ou encore la série TV. C’est avec plaisir que la Sacem s’associe au Festival de Cinéma et de Musique de Film de La Baule et y mettra à l’honneur les compositeurs de musique de films, à l’occasion de master-classes et rencontres professionnelles.

Excellent festival à toutes et tous !

Inscrivez-vous à notre newsletter