[] [] [] [] [] [] []
X Patientez Un peu de patience, le festival se prépare...

Le contenu de cette page sera bientôt disponible !

FERMER
Hommage


Au carrefour de la musique symphonique, du jazz moderne, de la pop et des folklores, le compositeur a réinventé le son d’Hollywood avec « Bullitt », « Luke la main froide », la saga des « Dirty Harry », « Opération Dragon », « Brubaker » sans compter les séries télévisées « Mission : impossible », « Mannix », « Starsky & Hutch »… Autant de partitions qui fonctionnent comme des portraits de Clint Eastwood, Steve McQueen, Robert Redford, Paul Newman ou Bruce Lee. Sans oublier The Fox de Mark Rydell, dont est issu le célèbre thème des publicités Dim depuis quatre décennies.


Certes, les thrillers à succès de Schifrin lui ont fabriqué une étiquette de « urban action music man », image flatteuse mais peu conforme à la réelle palette de ses capacités. Car le cinéma de Lalo Schifrin, ce sont aussi des collaborations singulières avec George Lucas, Richard Lester, Billy Wilder ou Liliana Cavani.

Dans les années quatre-vingt-dix, Schifrin est invité à revisiter son propre passé : Carlos Saura le ramène à ses racines argentines dans « Tango », Brett Ratner le sollicite de manière référentielle pour la série des « Rush Hour », comme un lien vivant avec Bruce Lee.

A côté de l’écriture pour l’image, Schifrin enregistre depuis 1992 une collection d’albums intitulée « Jazz Meets the Symphony », déclaration d’amour à la musique au pluriel.
En 2013, la documentariste Pascale Cuenot lui consacre un portrait sensible, fédérant des témoins de plusieurs générations, de John Boorman au bassiste Kyle Eastwood (le fils de Clint).

2016 est marqué par la création de plusieurs musiques de concert, dont un concerto pour guitare, « Concierto de la Amistad », dirigé par Gustavo Dudamel au Hollywood Bowl.

L’automne 2016 représente aussi, à l’invitation du Festival Cinéma et Musique de Film de La Baule, le retour symbolique de Schifrin en France, son pays d’adoption lors de ses études, au Conservatoire de Paris. L’hommage musical que lui rendra Jean-Michel Bernard, l’un de ses disciples, sera un formidable moment de spectacle, totalement original. Et prouvera à quel point Lalo Schifrin incarne aujourd’hui une sorte d’idéal pour les artistes du nouveau monde : son sens mélodique, la luxuriance de ses orchestrations, son génie du rythme lui confèrent un statut singulier, celui d’un compositeur savant d’expression populaire.


Stéphane Lerouge


Filmographie sélective


1964 : « Les Félins » de René Clément
1965 : « Le Kid de Cincinnati » de Norman Jewison
1967 : « Luke la main froide » de Stuart Rosenberg
1968 : « Bullitt » de Peter Yates
1968 : « Le Renard » de Mark Rydell
1968 : « Duel dans le Pacifique » de John Boorman
1969 : « Che ! » de Richard Fleischer
1970 : « Les Proies » de Don Siegel
1970 : « Si tu crois fillette » de Roger Vadim
1970 : « Pussycat, Pussycat, I love you » de Rodney Amateau
1971 : « THX 1138 » de George Lucas
1971 : « L’Inspecteur Harry » de Don Siegel
1973 : « Opération Dragon » de Robert Clouse
1973 : « Magnum Force » de Ted Post
1977 : « Un espion de trop » de Don Siegel
1978 : « Le Chat qui vient de l’espace » de Norman Tokar
1979 : « Amityville, la maison du diable » de Stuart Rosenberg
1981 : « Victor la gaffe » de Billy Wilder
1983 : « Le Retour de l’inspecteur Harry » de Clint Eastwood
1983 : « Osterman Week-end » de Sam Peckinpah
1987 : « Le Quatrième Protocole » de John Mackenzie
1988 : « L’inspecteur Harry est la dernière cible » de Buddy Van Horn
1989 : « Retour de la rivière Kwaï » de Andrew V. McLaglen
1991 : « F/X2, effets très spéciaux » de Richard Franklin
1996 : « Mission Impossible » de Brian de Palma (thème musical)
1998 : « Rush Hour » de Brett Ratner
1998 : « Tango » de Carlos Saura
2007 : « Rush Hour 3 » de Brett Ratner
2011 : « Mission : Impossible - Protocole fantôme » (thème musical)
2015 : « Mission : Impossible - Rogue Nation » (thème musical)


Télévision


« Des agents très spéciaux » (1964)
« Mission impossible » (1966)
« Mannix » (1967)
« La Planète des singes » (1974)
« Starsky et Hutch » (1975)

Festival du Film de La Baule
Palmarès 2016

Ibis d’Or du Meilleur film :
« Paterson », de Jim Jarmusch (USA)

Ibis d’Or de la Meilleure Musique de film :
« La Tortue Rouge », musique de Laurent Perez del Mar (France, Belgique, Japon)

Ibis d’Or du Meilleur Scénario :
« Tanna », de Martin Butler et Bentley Dean (Australie, Vanuatu)

Ibis d’Or du Meilleur Acteur :
Adam Driver, pour « Paterson » (USA)

Ibis d’Or de la Meilleure actrice :
Golshifteh Farahani, pour « Paterson » (USA)

Ibis d’Or du Prix du Public - Groupe Barrière :
« Tour de France », de Rachid Djaïdani (France)

Ibis d’Or du Meilleur Court-Métrage – AG2R la Mondiale :
« The Fall of Men », de Yohan Faure

---

Ibis d’Or d’Honneur (pour l’ensemble de sa carrière) :
Lalo Schifrin